Difficultés de vision de près

La presbytie se traduit par une difficulté à faire la mise au point de près due à la perte de souplesse du cristallin.

Une difficulté à voir net pour des activités de lecture ou même sur ordinateur peuvent être des signes de presbytie. Dans de nombreux cas, l’œil compense le défaut de vision de près en réalisant un effort musculaire plus important. Si le problème de vision n’est pas décelé, des symptômes de fatigue visuelle peuvent être ressentis : yeux qui tirent, vision trouble en fin de journée, difficulté à se concentrer le soir, maux de tête frontaux, etc. Si vous souffrez de ces symptômes, il est recommandé de consulter un ophtalmologiste.

L’hypermétropie

Un œil hypermétrope est un œil géométriquement trop court. Il peut aussi être insuffisamment « fort » en puissance dioptrique. Chez un œil hypermétrope, les rayons lumineux sont déviés en arrière de la rétine, parce que l’œil est trop court ou que la courbure de la cornée est trop plate.

Sans équipement optique, l’hypermétrope doit fournir un effort de mise au point constant pour obtenir une vision nette. Cet effort visuel est fourni en vision de loin, mais encore plus en vision de près (lecture, écriture). C’est pourquoi la vision se trouble, voire se dédouble, lors de travaux exigeant une vision rapprochée.

Cet effort permanent peut provoquer une fatigue visuelle ou des maux de tête frontaux qui peuvent être résolus avec le port d’une correction optique adaptée (lunettes munies de verres convexes).

Le cas le plus courant est celui où le mécanisme d’autofocus de l’œil est défectueux. Cela arrive à la plupart des personnes vers la quarantaine. Étant donné que les individus de cet âge étaient auparavant considérés comme « âgés », cette condition est appelée presbytie en français. D’autres langues, par exemple le portugais, préfèrent utiliser le terme plus doux de « vision fatiguée ».

La solution simple aux problèmes de vision de près est de porter des lunettes munies de verres qui permettent de recentrer la lumière directement sur la rétine. Les verres de correction de gros plan sont parfois appelées « lentilles positives », parce qu’ils font avancer le foyer de la lumière.

Les personnes souffrant d’hypermétropie utilisent généralement une lentille positive sur toute la surface du verre. Comme l’œil est trop court, cela provoque une fatigue oculaire lors de l’observation d’objets éloignés.

En revanche, les personnes dont le système autofocus fonctionne mal ou est épuisé préfèrent utiliser un verre avec une partie positive uniquement dans la partie inférieure du verre. Cette force positive, appelée addition, ne fonctionne que lorsque le système de mise au point inactif de l’œil doit être remplacé et n’affecte pas la qualité de la vision de loin.

Ces verres, connus sous le nom de verres progressifs, ont des surfaces optiques complexes et sont fabriqués par Nikon à leur performance maximale.

<p>Presbytie</p>

Presbytie

<p><strong>Vision corrigée</strong></p>

Vision corrigée

La solution de verres optimale dépend de vos besoins.
Consultez un professionnel de la vue : il trouvera les verres qui vous conviennent le mieux.

Trouvez votre opticien Nikon.